Le Burkina Faso est à un « moment critique », selon le chef de l’humanitaire de l’ONU

Alors que l’insécurité est toujours inquiétante et certaines zones du pays sont toujours assiégées par des groupes armés, le Burkina Faso est un « moment critique », a alerté un haut responsable humanitaire des Nations Unies.

Tout d’abord, « l’insécurité croissante et les blocus dans de nombreuses régions ont laissé les communautés coupées du reste du pays et confrontées à une faim croissante  », a déclaré, jeudi, à la fin de sa mission au Burkina Faso, Martin Griffiths, Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d’urgence.

Dans certaines zones septentrionales, comme Djibo, les travailleurs humanitaires ont du mal à atteindre ces personnes qui ont besoin d’aide.

Dans tout le pays, les besoins humanitaires augmentent rapidement. Selon le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU ( OCHA ), un quart de la population, soit quelque 4,9 millions de personnes, a besoin d’une aide d’urgence.

Il s’agit de 40% de plus qu’au début de l’année. Dans ces conditions, « un Burkinabé sur dix est déplacé de chez lui par des conflits dévastateurs et des chocs climatiques ».

Des familles obligées de manger des feuilles et du sel

Au cours de sa visite d’une journée dans ce pays du Sahel central, le chef d’OCHA a rencontré des déplacées et des communautés d’accueil, à Djibo, une ville du nord du Burkina Faso. La situation est si mauvaise que les femmes risquent leur vie en traversant les lignes de contrôle la nuit à la recherche de nourriture.

« J’ai parlé avec des femmes et des enfants qui ne mangent que des feuilles et du sel depuis des semaines  », a détaillé M. Griffiths. Pour débloquer la situation à Djibo, il a également parlé avec des chefs communautaires qui ont « exhorté les responsables à ouvrir les routes ».

L’objectif est de permettre aux humanitaires de fournir des vivres, de l’eau et des médicaments afin de sauver des vies. « Il existe des initiatives pacifiques pour trouver des solutions et il y a encore de l’espoir. Le peuple de Djibo mérite notre respect, notre admiration et beaucoup plus de soutien en cette heure de grand besoin », a insisté M. Griffiths.

Créer un environnement propice aux opérations humanitaires

C’est dans ce contexte inquiétant que le chef d’OCHA a rencontré également le nouveau Président de transition, Ibrahim Traoré. A Ouagadougou, ils ont souligné la nécessité de protéger les civils, y compris ceux qui ne peuvent ou ne veulent pas quitter les zones d’opérations militaires.

« J’ai également réitéré la responsabilité des autorités nationales de créer un environnement propice aux opérations humanitaires et de permettre l’accès humanitaire, afin que nous puissions atteindre tous les Burkinabés dans le besoin, partout dans le pays », a fait valoir Martin Griffiths.

Sur le terrain, l’action humanitaire fait la différence au Burkina Faso. Au cours des neuf premiers mois de cette année, les Nations Unies et leurs partenaires humanitaires ont apporté une aide alimentaire à 1,8 million de personnes. Ils ont permis à 740.000 personnes d’accéder à des soins de santé dans des zones où les établissements de santé ont fermé et où les fournitures médicales font défaut.

L’appel de 805 millions de dollars financé à moins d’un tiers

Malgré ces réponses, le montant de l’aide humanitaire disponible est tout simplement insuffisant. Pour fournir une aide vitale à ceux qui en ont besoin, l’ONU et ses partenaires ont besoin de toute urgence de ressources supplémentaires. Le plan d’intervention de 805 millions de dollars au Burkina Faso est financé à moins d’un tiers.

Depuis le début de l’année, les donateurs humanitaires ont généreusement acheminé environ 100 millions de dollars via le Fonds central d’intervention d’urgence des Nations unies, pour le Burkina Faso, le Cameroun, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Nigéria et le Tchad. « Toutefois, des ressources bien plus importantes sont nécessaires pour répondre aux besoins humanitaires qui affligent la région », a conclu le chef d’OCHA.


Commenter l'article