Hugues Désiré Boguikouma élu à la tête de la Fédération gabonaise de judo et ju-jitsu

A l’issue du scrutin très attendu de ce 1er octobre, Me Hugues Désiré Boguikouma a été élu président de la Fédération gabonaise de judo et ju-jitsu (Fegajudo) par ses pairs. Il l’a emporté avec à 73,07% des suffrages exprimés contre 26,93% pour son rival et président sortant Wilfried Nguema.

Le judo gabonais vient d’écrire une nouvelle page de son histoire avec l’arrivée d’Hugues Désiré Boguikouma, comme huitième président, de ce mouvement sportif olympique. Un début de mandat qui coïncide avec les 60 ans d’existence de la fédération au Gabon. Tout un symbole.

Après, les présidents fédéraux José Ngoua, Daniel Mengome, Michel Mengome, Joseph Mbatchi, Felix Pambo ou encore d’André Angwe Aboughe qui détient le record avec 20 ans de pouvoir et enfin Wilfried Nguema (2018-2022), l’assemblée générale élective a choisi « la Relance du judo  » que la « Consolidation des acquis  » respectivement défendus par Hugues Boguikouma nouveau président et Albert Léon Wilfried Nguema président sortant.

Le candidat malheureux a obtenu 7 voix des 26 électeurs. Le collège électoral consensuel du 14 septembre dernier, composé de 28 votants, est issu des 3 ligues (Estuaire, Haut-Ogooué et Ogooué-Maritime) de la Fégajudo. Me Hugues Boguikouma remporte cette épreuve tant attendue ce 1er octobre 2022 au premier tour avec 73,07% du suffrage exprimé soit 19 sur 26 voix exprimées à l’Institut nationale de la jeunesse et des sports (INJS) à Soduco dans le 5ème arrondissement de Libreville.

Ainsi cette élection ouvre une nouvelle voie à la fédération vers la relance souhaitée par la majorité des électeurs. Toutefois, le nouveau bureau fédéral fera face à des défis pendant son mandat qui marque la longue marche vers le centenaire de son existence au Gabon. Car la relance se fera sur la révision des textes mais aussi sur la pratique du judo sur les tatamis sur le plan local et international.

Après sa victoire, le numéro un du judo gabonais, Hugues Désiré Boguikouma, a appelé au ressaisissement et au travail de tous par ces mots : « les animosités et consorts de campagne sont finies. Nous sommes des judokas, l’esprit du code moral doit primer, place au travail  ».

L’épineuse question du collège électoral devra être « parmi les actions prioritaires du mandat 2022-2026  », suggère la commission d’homologation de candidatures et de supervision des élections des comités directeurs des fédérations sportives nationales du ministère des Sports représenté par José Walter Foula, secrétaire général du Comité national olympique. Car elle rentre parfaitement dans le premier chantier du groupe conduit par l’avocat au barreau gabonais à savoir : « le toilettage des textes du judo au Gabon ».


Commenter l'article