Tchad : des inondations sans précédent affectent plus de 340.000 personnes

Selon un récent rapport du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), plus de 340.000 Tchadiens ont été affectées par des inondations sans précédent causées par des pluies torrentielles survenues dans le pays au cours de ces dernières semaines.

Ce nombre a déjà dépassé celui de l’an dernier, où plus de 250.000 personnes avaient été touchées dans le pays.

Le rapport d’OCHA révèle également que près de 2.700 hectares de cultures et de terres agricoles, ainsi que des centaines de maisons, ont été détruits par des rivières en crue et des pluies record depuis le mois dernier, menaçant la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance.

L’Organisation internationale pour les migrations ( OIM ) a dit dans un communiqué publié ce vendredi soutenir les efforts nationaux et humanitaires et fournir une aide d’urgence aux personnes les plus touchées.

Un mécanisme de traçage de l’impact des inondations sera désormais activé chaque année

Grâce à son nouveau système original de traçage des déplacements (en anglais, « Displacement Tracking Matrix » ou DTM), l’OIM travaille avec les autorités locales pour développer et déployer un mécanisme de collecte de données sur les inondations, afin de saisir avec précision leur étendue, le nombre de victimes et de déplacés, ainsi que leurs profils et leurs besoins les plus urgents.

« Les données collectées comprendront des informations sur les impacts des inondations sur les populations et les infrastructures clés telles que les maisons, les écoles et les centres de santé, ainsi que des informations sur les profils et les besoins primaires des populations affectées, afin de mieux informer la réponse humanitaire  », a expliqué Yakin Mwanza, coordinateur DTM de l’OIM au Tchad.

Le DTM comprendra une plateforme de partage d’informations permettant aux acteurs clés de rapporter et de publier régulièrement des données utiles sur les inondations.

« Ce nouveau mécanisme de collecte de données sur les inondations sera activé chaque année pendant la saison des inondations afin d’informer les réponses de sauvetage au stade précoce de l’inondation  », a ajouté M. Mwanza.

Une illustration du dérèglement climatique en cours

Si certaines parties du Tchad sont confrontées chaque année à de fortes précipitations, les pluies de cette année sont sans précédent. Leur augmentation leur degré de variabilité plus élevé ont provoqué des crues soudaines aux conséquences dévastatrices pour les populations, en particulier dans les zones rurales.

Ces phénomènes météorologiques extrêmes illustrent les effets néfastes du changement climatique dans la région.

Or malgré l’urgence de la situation, les fonds restent limités pour garantir que les personnes les plus touchées, y compris les déplacés, reçoivent une assistance telle que la fourniture d’abris, de nourriture et d’articles non alimentaires.

Appel conjoint du gouvernement tchadien et des acteurs humanitaires

« La saison des pluies dure jusqu’en octobre mais la situation humanitaire à laquelle nous assistons actuellement est déjà critique », a déclaré Anne Kathrin Schaefer, cheffe de mission de l’OIM au Tchad. « Les pluies continuent et nous craignons que davantage de personnes soient déplacées, mais tous les acteurs humanitaires sont déjà à court de stocks d’urgence », a-t-elle ajouté.

Courant août, seulement 33% du financement humanitaire requis pour le Tchad en 2022 a bien été reçu par les acteurs humanitaires sur le terrain. Dans un appel conjoint, le gouvernement du Tchad et la communauté humanitaire ont demandé 5,2 millions de dollars pour fournir des abris, des produits de première nécessité et une protection aux victimes des inondations.


Commenter l'article