L’UNESCO « profondément attristée » par la mort de la légende du football, Pelé

Pelé, la légende du football brésilien, que beaucoup considèrent comme le plus grand joueur de tous les temps, est décédé à l’hôpital de Sao Paulo, au Brésil, à l’âge de 82 ans. Il suivait un traitement pour un cancer du côlon depuis l’année dernière.

L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation et la culture qui défend le rôle du sport à travers le monde, l’UNESCO, a tweeté qu’elle était « profondément attristée » par son décès. L’agence onusienne a présenté ses condoléances au peuple brésilien et à la « famille du football » au sens large.

À l’âge de 17 ans, Pelé a remporté sa première Coupe du monde de football en 1958, avant de soulever le trophée suprême du jeu deux fois de plus, en 1962 et 1970. Il a marqué un record du monde de 1.281 buts, jouant 1.363 matchs au cours de sa carrière professionnelle, qui a commencé alors qu’il n’avait que 15 ans.

Né Edson Arantes do Nascimento, en 1940, le géant du football, surnommé « la Perle noire » et « le Roi », a pris sa retraite du jeu en 1977.

En 1999, le joueur de Santos et la star la plus vénérée du Brésil, a été élu joueur du siècle lors d’un sondage auprès des précédents vainqueurs du Ballon d’Or - les joueurs qui remportent le prix mondial annuel du football pour avoir été les meilleurs athlètes cette année-là.

Marquer pour les Nations Unies

Il a consacré beaucoup de temps à la retraite à soutenir l’ONU et son travail, à la fois en tant qu’Ambassadeur de bonne volonté pour le Fonds des Nations Unies pour l’enfance ( UNICEF ) et en tant que Champion de l’UNESCO pour le sport, à partir de 1994.

Il a également été nommé Ambassadeur de bonne volonté pour le sommet crucial de la Terre des Nations Unies, à Rio de Janeiro, en 1992, l’un des premiers grands sommets mondiaux sur le développement et l’environnement consacré à un avenir plus durable pour tous.

À l’époque, le Secrétaire général du Sommet, Maurice Strong, le décrivait non seulement comme le plus grand footballeur du monde, mais « un homme universel  », enraciné au Brésil. « Son engagement envers les gens, envers la planète, fait vraiment de lui un vrai citoyen de notre Terre », a-t-il déclaré aux journalistes.

L’UNESCO a déclaré dans son tweet qu’il avait « travaillé sans relâche pour promouvoir le sport en tant qu’outil de paix. Il va beaucoup nous manquer ».


Commenter l'article